37 kg en 5 bagages pour 2 personnes :

L’ensemble des choix de ces équipements est passé par l’étude de son prix, sa qualité, son utilité, son
poids et sa taille. Autant vous dire que c’était un privilège de rentrer dans nos sacoches. Toutes nos sacoches remplies avec nos affaires et de quoi tenir quelques jours en nourriture pesaient 37 kilos au départ. Quand on ajoute le poids de Mojo et les nôtres, on arrive à un total de 200 kilos ! Pas étonnant que nous ayons presque atteint les 80 km/h en descente.

Avant de partir, l’équipement a vraiment été un grand questionnement pour nous qui n’étions jamais partis pour un voyage à vélo au long court. Afin de préparer au mieux, nous avons rencontré des personnes ayant fait le même type de voyage et on a lu beaucoup de blogs. On avait envie de faire un point au bout de 7 mois de voyage sur les choix d’équipement que nous avons fait et pourquoi. C’est aussi l’occasion pour vous de comprendre ce qui se cache dans nos saccoches.  Afin de s’équiper au mieux avec des équipements de qualité, nous avons fait un dossier expédition auprès de Le Vieux Campeur, qui nous a permis d’avoir une petite ristourne. Nous aurions aimé nous équiper d’occasion mais il est très difficile de trouver ces articles en seconde main. Nous avons déjà eu la chance d’acheter Mojo d’occasion auprès de Cyrielle et Thomas, devenus nos mentors.

A découvrir dans cet article : (cliquer sur le bouton pour aller directement à la section souhaitée)

Avant de parler d’équipement , il faut bien parler de ce qui va permettre de porter tout ça. Nous avons fait le choix de la marque Ortlieb pour les sacoches de vélo, nous ne sommes pas déçus, elles sont robustes et nous avons seulement eu un petit soucis au niveau de la fermeture d’une des sacoches en 7 mois de voyage. Nous avions une paire avant avec une capacité de 25 litres et une paire arrière avec une capacité de 40 litres. Afin de compléter les sacoches nous avons pris un grand sac « UNO » 60 litres de la marque Guy Cotten, du made in France pour les pêcheurs initialement.

Après avoir vu cette marque équiper tout ou presque les montures des cyclotouristes, nous sommes nous même ravis de ces choix.

Nous avions également acheté deux petits sacs à dos de 10L, utiles pour aller faire des randonnées ou tout simplement aller faire des courses. Merci Décathlon et leurs sacs à 3€ ! On repère les Français dans le monde entier grace à lui 😉 

Nous n’allons pas faire de retour sur l’ensemble de nos habits, seulement dans les grandes lignes (mais on vous met quand même notre super tableau récap’ en fin d’article). Les incontournables 3 couches : le mérinos manches courtes et manches longues, la polaire et le coupe vent respirant.

Pour le soir, impossible de faire sans une jolie petite doudoune. Nous avions vu un peu juste au niveau des sous-vêtements au début, je conseille 4-5 pièces par personne minimum.

En plus de ça, nous avions 3-4 t-shirt chacun, 1 cycliste, 1 pantalon/legging, 2 shorts pour Lucie, un maillot de bain et une paire de chaussure ou tong pour le soir après la journée de vélo autre que celle que nous avions tout le temps. Pour la pluie, nous avions uniquement des capes de pluie, on aurait aimé être mieux équipés, notamment pour la personne à l’avant du tandem qui n’a pas les jambes abritées. La petite astuce, pas la peine d’avoir des sur-chaussures, des sacs plastiques autour des chaussettes font très bien l’affaire face aux grosses averses.

Nous avions chacun nos habits dans une petite sacoche.

Ayant quasiment tous les deux les mêmes vêtements, ça simplifie ce compte rendu : (lien sur les photos)

Beaucoup de cyclotouristes ne portent pas de casques, pour nous c’était important d’avoir un casque léger et aéré pour ne pas oublier de le mettre et c’est mission réussie avec celui-ci

5/5
T-SHIRT MÉRINOS MANCHES LONGUES
FORCLAZ
DECATHLON

Nous l’avons utilisé pour les soirées et nuits froides, et elles ont été nombreuses. Super confort et il n’a pas bougé. (nous avons tous les 2 pris le modèle homme car Lucie n’était pas confortable dans le Femme)

5/5
VESTE POLAIRE DE RANDONNÉE QUECHUA DECATHLON

Top ! Très confortable, pratique et de bonne qualité. MAIS pas très chaude

4/5
VESTE IMPERMÉABLE DE RANDONNÉE QUECHUA DECATHLON​

Compacte et légère, pratique au fond de la sacoche. MAIS quand la pluie est forte, elle traverse le tissu. Heureusement, combinée avec la cape de pluie, c’était parfait

4/5
PANTALON MODULABLE TREK FORCLAZ DECATHLON

La pièce incontournable pour Thomas, il n’avait que ce pantalon/short pendant le voyage, après plus de 210 jours porté, il n’y a pas un seul trou. MAIS, l’esthétique n’est vraiment pas au rendez-vous

4/5
SOUS VETEMENT MERINO SPORT SMARTWOOL

Très confortable et agréable à porter pendant l’effort. MAIS, aussi bien le boxer que la culotte se sont troués rapidement (dommage à ce prix)

3/5
MITAINES ELASTIC GEL LOFFLER

Efficace, nous n’avons eu aucun problème de fourmillement. MAIS, l’élasticité commence à se détendre

4/5
HOT BOND GEL CUISSARD LOFFLER

Un produit de qualité. MAIS, nous avons tous les deux eu des douleurs, dur de définir si ça vient du cuissard ou de la selle. Dommage sur la version homme il y a une petite poche qui s’avère être pratique et qui n’existe pas sur la version femme.

4/5
CHAUSSURES DE TRAIL XA PRO 3D GTX
SALOMON (Lucie)

J’ai adoré ces chaussures, confortables, sèchent vite et très aérées quand il fait chaud (pas besoin de sandales)

5/5
CHAUSSURE TRAIL MONTAGNE AKYRA LA SPORTIVA (Thomas)

Confortables et adaptées à ce type de voyage. MAIS, les coutures ont commencées à lâcher rapidement

4/5

Camping

Nous avons passé plus de la moitié des nuits dehors, nous avons donc pu tester notre matériel sur la durée mais également dans différentes conditions. Evidemment 7 mois c’est peu de recul pour ce type de matériel mais on espère bientôt avoir l’opportunité de prolonger ce test.

Nous avions des draps de soie achetés il y a quelques années au Vietnam, pratiques pour ne pas salir les duvets et pour garder la chaleur.

Pour cuisiner nous avons essayé au maximum de s’équiper avec des objets en inox (peuvent aller sur le feu et gardent mieux la chaleur) et de fuir tous les objets plastiques et alu (qui ne sont pas reconnus pour leurs solidité et leurs bienfaits au contact des denrées alimentaire).

Aussi pour l’organisation de notre cuisine (et pas que) nous avons beaucoup utilisé (et re-re-re-re-utilisé) de Ziploc.

Lien sur les photos ci-dessous

TENTE
ELIXIR 2
MSR

Taille parfaite, les absides assez grandes pour toutes nos 5 sacoches, pratique d’avoir 2 ouvertures, on peut la monter en commençant par l’extérieur en cas de fortes pluies, coloris discret dans la nature, possibilité de dormir seulement dans la moustiquaire, pratique le côté autoportant pour camper n’importe où, très facile à monter/démonter

Nous avons choisi cette tente plutôt que la MSR Hubba Hubba même si elle est plus lourde car elle est moins chère et robuste. MAIS , la toile extérieur a tendance à prendre l’humidité sur le côté intérieur surement pas assez aérée. Par ailleur, le sac de rangement n’est pas pratique et ne permet pas de la compacter.

4/5
RECHAUD A GAZ
PRIMUS

Ne prend pas beaucoup de place, pas besoin de nettoyer, rapide et facile d’utilisation. MAIS, difficile de trouver ce type de bouteille de gaz au Canada, Etats unis et Mexique (pour les autres pays on ne sait pas), les bouteilles ne se recyclent pas et coûtent plutôt chères, nous ne repartirons pas avec ce produit mais certainement avec un multi combustible

3/5
MATELAS DE TREKKING GONFLABLE
FORCLAZ
DECATHLON

Ultra compact, confortable, léger et il ne fait pas du tout de bruit. Au début Lucie était gênée par les boudins mais finalement on s’y fait. MAIS, il n’est pas très solide, une des coutures d’un matelas s’est cassée, impossible à réparer (Décathlon a échangé le produit sans problème). Astuce : Lorsque nous nous sommes trouvés avec un matelas en moins, donc pas d’isolation thermique pour une personne pendant la nuit, nous avons utilisé une couverture de survie sous la tente.

4/5
OREILLER DE TREKKING
DECATHLON

Pratique car on peut le gonfler comme on le souhaite. Il ne prend pas de place dans les sacoches, on a essayé l’option sans oreiller avant de partir et on trouve vraiment plus pratique d’en avoir. La housse est confortable MAIS, au bout de quelques lavage la mousse s’est décalée à l’intérieur de la housse, pas facile à remettre en place

4/5
SAC DE COUCHAGE DE TREKKING FORCLAZ
DECATHLON

Super confortable, un vrai nid douillet, quel plaisir après une journée de vélo de s’y glisser, il est assez chaud pour des nuits autour de 0 et possibilité de bien le compacter. Pour le moment, nous ne l’avons pas lavé donc nous n’avons pas de visibilité de ce qu’il peut donner après lavage. 

5/5
SERVIETTE TEK TOWEL BOUCLETTE SEA TO SUMMIT

Nous avons pris une serviette taille moyenne pour 2. La matière est agréable et elle permet de mieux s’essuyer que de la micro-fibre. En revanche, nous avons trouvé qu’elle mettait du temps à sécher et elle prend vite une odeur désagréable.

3/5
POCHE DE 10 LITRES ORTLIEB

Super pratique et indispensable notamment sur des zones comme la basse Californie où nous avions peu souvent accès à l’eau

5/5
FILTRE A EAU PAILLE SAWYER

Nous ne nous en sommes pas beaucoup servis mais il est très pratique, compacte et facile à ranger. MAIS, demande un peu de patience pour faire écouler l’eau

4/5
LAMPE FRONTALE TIKKINA 250 PETZL

Nous voulions une lampe rechargeable en USB et qui ait une très bonne autonomie. RAS

5/5

Une gourde en alu, l’intérieur est recouvert de vernis alimentaire, elle est très légère et correspondait exactement à la taille que nous recherchions pour notre porte gourde. Petit bémol sur la housse qui s’est déchirée rapidement.  

4/5

Electronique

Prendre un appareil photo ? oui mais lequel ? Va t’on faire des vidéos ? Des photos ? Comment recharger ? Avec quoi écrire des articles ? Est-ce que l’on aura envie de regarder des films ? Va t’on monter des vidéos ? Sur quoi mettre les photos ? Comment écouter de la musique ? Quelle prise prendre ?

Les questions électroniques étaient presque aussi nombreuse que l’équipement de baroudeur en tant que tel.

Nous n’avons finalement pas filmer, ni monter de film mais on était équipés pour, peut être pour le prochain voyage ?! Qui sas !


Cette rubrique gagne le concours de l’UNIQUE objet que nous n’avons JAMAIS utilisé : Le trépied !

 

Lien sur les photos ci-dessous

APPAREIL PHOTO OLYMPUS omd e-m5 mark ii + 2 batteries

Stabilise vraiment très bien les vidéos, bonne taille, facile à glisser dans une sacoche, objectif tropicalisé. MAIS, le mode automatique n’est pas génial et l’arborescence du menu est illisible… Nous n’avons finalement pas fait de vidéo, les téléphones auraient peut être suffit pour la photo (le Samsung Galaxy 7 fait de très belles photos)

3/5
POWERBANK RAVPOWER 26800 mAh

Bon produit pour charger ses différents appareils lorsque l’on voyage comme nous en alternant bivouac, camping et chez l’habitant. Nous n’aurions pas eu l’utilité d’un chargeur solaire par exemple. MAIS, au bout de 4 mois, le produit ne fonctionnait plus. Nous avons pu nous faire rembourser et donc changer pour un qui s’est malheureusement avéré être moins bien.

3/5
ENCEINTE UE BOOM

Devenue un indispensable pour écouter des podcasts et de la musique en route et lors des campements, résiste à la pluie. MAIS, si on passe sur des vélos classiques on passera surement aux écouteurs car pas évident de bien entendre. Le seul petit hic, l’enceinte se décharge très vite en bluetooth. Nous avons investi dans un double jack au cours du voyage, ce qui nous a permis de gagner nettement en autonomie.

4/5
ORDINATEUR PORTABLE HP ENVY 7

Ultra léger, fin, très puissant (il aurait pu monter des films…)

5/5
DISQUE DUR EXTERNE Western Digital - My Passport

Léger et résistant, c’est un disque dur externe que nous avions depuis 2012, un peu de tri et nous avons pu partir avec en grand voyage. Par peur de tout perdre, on effectuait des transferts de photos régulièrement.

5/5

Pratique pour brancher jusqu’à 3 appareils en même temps (2 en USB et 1 en prise). MAIS, un peu encombrant et quand la prise a du vécu, ça ne tient pas tip top

4/5

On nous avait prévenu, le voyage à vélo c’est aussi beaucoup de temps pour soi et donc pour la lecture. Cette liseuse m’a permis de lire une dizaine de livres en portant seulement 180 grammes. Elle est pratique en taille et j’ai pris goût à la lecture sur cet appareil. Je serai quand même heureuse de retrouver des livres papier au retour. C’est aussi un de nos rares équipements que j’ai pu trouver sur Leboncoin. J’ai fait le choix d’une kobo pour éviter d’acheter mes livres sur Amazon (vs Kindle).

5/5

Nos incontournables en abécédaire

Vous trouverez ici quelques uns de nos ingrédients magiques pour un voyage réussi. On l’a déjà précisé au dessus donc on ne va pas le remettre ici, mais l’enceinte est un point très important pour voyager à vélo. Que ce soit en musiques ou en podcasts, monter une côte sur plusieurs dizaines de kilomètre sera moins long avec quelque chose à écouter.

Voici la liste non exhaustive de nos incontournables : liens sur les photos ci-dessous

ANTIVOL

Pour la nuit, lors de nos escapades, de nos visites, nous avons décidé de doublement sécurisé Mojo. Il est équipé d’un cadenas de cadre de la marque Abus. En plus nous avons décidé de prendre un cadenas Kryptonite U + un câble. Cette combinaison n’est pas très encombrante. Peut être un peu lours mais ça nous a permis de dormir sur nos deux oreilles.

5/5
CARTES BLEUES

Des grandes conversations avant le départ, après avoir bien analysé les différents sites et surtout celui-ci qui est très bien fait ; nous avons décidé d’ouvrir des nouveaux comptes et fermés ceux que l’on avait déjà et puis finalement on s’y est pris trop tard ! Donc petit conseil, s’y prendre au moins 2 mois avant le départ. Nous sommes finalement partis avec des mastercards et des visas. Le compte que nous avons le plus utilisé est MAX, pas de frais ! Nous avons également utilisé Revolut, qui permet de valider des achats internet sur l’application. Attention, maintenant les cartes demandent de valider les paiements par SMS et ING nous a dit que nous ne sommes pas censés voyager 1 an avec leurs cartes.

5/5
CORDE

Incontournable ! Nous étions partis avec seulement de la ficelle. Nous sommes vite rendu compte que ça ne serait pas suffisant. Elle fait partie de ces outils multi usage dont on ne pouvait plus se passer : étendre notre linge, accrocher la nourriture dans les arbres, se protéger des animaux « sauvages » (autrement dit des vaches)…

5/5
FIOLE DE CALVA

La petite fiole remplie de Calva n’aura pas durée tout le voyage mais aura été source de partage avec d’autres cyclotouristes ou locaux ! Dès qu’elle a été vide, elle a pu se faire remplir à la source de Mezcal directement.

5/5

Nous adorons la gapette ! VeraCycling nous a fait de super Gapette personnalisées, elles sont de très bonne qualité. En les portant tous les jours et en leur faisant subir plusieurs lavages, elles sont toujours au top de leur forme.

5/5
GANT DE TOILETTES

On ne va pas se mentir, l’hygiène en voyage à vélo n’est pas toujours au rendez-vous. Pas facile de trouver un endroit pour prendre une douche en fin de journée. Le gant permet vraiment de palier à ce manque en utilisant très peu d’eau. Pour la petite histoire, nous avons égaré notre gant pendant le voyage et impossible d’en trouver un au Mexique. Nous avons donc acheté une petite serviette et l’avons transformé en gant grâce à notre matériel de couture. (autre indispensable)

5/5

Avec l’actualité française, nous ne pouvions pas partir sans notre fameux gilet jaune. Nous ne le portions que sur les routes que nous jugions dangereuses ou lorsque nous pédalions à la tombée de la nuit. Il y a des gilets un peu moins encombrants et plus esthétiques que celui-ci.

4/5
KIT DE SECOURS

Il était pour nous au minimum (désinfectant, pansements, bandages, couverture de survie) mais  a été bien utile, il nous a permis de nous soigner un peu avant d’aller  à l’hôpital donc à ne pas négliger. Nous avions également quelques médicaments dont nous avons peu eu besoin : Paracétamol, Imodium, Smecta, baume du tigre et Arnika.

5/5
LUNETTES DE PISCINE

Peu encombrant et nous étions heureux d’en avoir pour observer les poissons et nager dans les lacs, mer, océans, cénotes et piscines.

5/5

Notre machine à laver portable est devenue rapidement un incontournable, pratique pour laver du linge, on l’a aussi utiliser pour ses qualités de sac étanche. Elle est vite devenue notre garde manger, nous regroupions ainsi l’ensemble de notre nourriture à l’intérieur pour la suspendre aux arbres au Canada afin de ne pas attirer les ours. Et le jour ou notre bouteille d’huile s’est ouverte nous étions heureux que ça ne s’éparpille pas à l’intérieur de nos affaires.

5/5
PAREO

Jamais sans notre beau pareo poisson de la Guadeloupe ! Il nous sert à tout : table de pique nique, nappe, serviette, torchons, drap… Comment s’en passer ? Il nous a offert un point de repère pour chaque repas, un mini « luxe » dans cette aventure.

5/5
POCHETTE À SAVON

Pour éviter d’utiliser des gels douche, shampoings, savon liquide et d’avoir à jeter des emballages plastiques, nous avons fait le choix de transporter nos cosmétiques solides dans ces jolies petites pochettes en tissu enduit. Super pratique !

5/5
TOURS DE COU

Ils nous ont servis aussi bien quand on avait froid pour se réchauffer pendant la nuit que pour filtrer la lumière extérieure. Petit coup de coeur pour celui-ci qui est bi-matière avec de la polaire, parfait pour garder la tête bien au chaud.

5/5

Une petite parenthèse quelque chose qui me tient à coeur. Pour moi la cup s’est revéllée être la solution parfaite pour le voyage. J’avais également pris 3 protections lavables. Pas facile de voyager en vélo sans produire de déchet mais sur la partie protection hygiénique j’ai vraiment trouvé ça très facile. 

5/5

Nous les avions pris pour faire les courses en vrac. Finalement nous avons eu du mal à faire nos courses en vrac mais ils ont été très utile pour organiser nos sacoches.

5/5

Ce qui nous a manqué

  • Une paire de chaussettes chaude pour les nuits froides
  • Un pantalon de pluie (pour la personne qui est devant sur Mojo)
  • Un bonnet (heureusement on en a trouvé un en route et sinon, le tour de cou fait aussi l’affaire)
  • Des sur-chaussures En vrai, les sac plastiques entre les chaussettes et les chaussures ont très bien fait l’affaire (à condition de les mettre à temps)
  • Un pantalon ou bermuda civile pour Thomas

Si besoin, pensez à glisser une ancienne paire de lunette de rechange à votre vue dans vos bagages 🙂 

Voilà pour ce qui est du matériel, nous allons faire un autre article bientôt pour faire un compte rendu sur Mojo et sur ses composants.

Si vous avez une question, n’hésitez à nous envoyer un mail. Nous savons que la question du matériel peut être assez complexe, entre le prix, le poids et l’encombrement. Difficile d’évaluer l’utilité de chaque outils avant de s’être vraiment lancé dans l’aventure.